#  AccueilAccueil  FAQFAQ  RechercherRechercher  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 Quand la malchance s'y remet.

Aller en bas 
AuteurMessage
Molly Weasley Jekins



Molly Weasley Jekins

Nombre de messages : 128
Age : 25
Localisation : Dans la salle commune des gryffondors ou dans les couloirs
Date d'inscription : 14/07/2008

:: Infos du sorcier ::
Âge & année: 14 ans - 4ème année
Maison/Profession: Gryffondor
Patronus:

MessageSujet: Quand la malchance s'y remet.   Ven 5 Sep - 19:43

# Les vacances étaient terminées. C’était devenu une réalité aux yeux de Molly lorsque la cérémonie de répartition avait débuté quelques jours à peine plus tôt. Le trajet dans le Poudlard Express ne lui avait pas réellement ouvert les yeux. Elle l’avait passé en compagnie de ses amis, filles comme garçons. C’était sa mère qui les avait accompagné elle et sa mère, leur père ayant été appelé au dernier moment pour un problème de dossier au ministère de la Magie. Cela ne changeait rien pour autant. Leur mère à elle et à sa sœur Lucie, n’avait fait que les accaompagner et leur souhaiter bon courage pour cette nouvelle année, avant de les laisser afin d’aller discuter avec d’autres membres de la famille de la branche des Weasley. Et Dieu seul sait qu’ils commençaient à être nombreux. Molly avait bien évidemment salué chaleureusement tous les membres de sa famille, et chacun lui avait eux aussi souhaité bonne chance à Poudlard, avant qu’elle ne se tourne vers le Poudlard Express et qu’elle y monte afin de trouver certains de ses amis ou du moins un compartiment libre. Pourtant ce n’était que le soir, plusieurs heures après avoir retrouvé ses amis de l’école, qu’elle avait complètement réalisé qu’elle devait se remettre à travailler. Et donc qu’elle allait de nouveau devoir alternait ses heures de travail scolaire et ses heures d’entraînement à la danse. Une bonne danseuse se devait d’être toujours au meilleur de sa forme et de se donner au maximum. Ne voulant rien perdre de sa maîtrise de la danse classique et de sa propre souplesse, elle était obligée de s’entraîner de nombreuses heures entières dans la salle sur demande de l’école. Heureusement qu’elle avait trouvé comment y accéder, grâce à son oncle en partie, car son dortoir n’était guère assez vaste pour y accueillir ses enchaînements. C’était une nouvelle année qui s’annonçait. Une nouvelle année avec des cours toujours aussi barbants. Qui plus est, avec de nouvelles options à choisir. Encore plus de travail en prévision. Et également, une nouvelle saison de Quidditch qui allait débuté dès la mi-septembre ou le début octobre. Quidditch. Danse. Travail. Nuits blanches. Bibliothèque. Révisions. Examens de fin d’année. Certains mots qui résonnaient dans sa tête étaient plaisants et d’autres non.

Ainsi pour ne rien perdre de cette année, en ce qui concernait le temps qui était bien plus que précieux, Molly était d’ores et déjà dans la salle va-et-vient, à s’occuper à son entraînement de danse. Les cours du vendredi s’était terminé à peine une heure auparavant. Et pourtant elle y était déjà dans cette salle. Ses affaires de potion, qui avait été son dernier cours avant que sonne la cloche qui arrêtait définitivement pour cette semaine les cours, avaient été envoyées rapidement sur le lit. Slughorn avait été égal à lui-même dès le début de l’année. Ses cours étaient difficiles et son travail toujours bien trop pesant. Elle avait quelques jours pour réfléchir sur une question qu’il avait posé sur la potion vue ce jour-ci et y répondre sur deux parchemins complets. D’après lui il fallait montait encore d’un cran le niveau de sa classe. Il était drôle celui-là. Mais vu que dans sa classe la moitié avait déjà du mal à ne pas s’endormir durant son cours, et encore plus difficilement à ne pas faire exploser leur chaudron durant la concoction d’une potion, montait le niveau allait avoir des conséquences catastrophiques. La plupart des élèves allaient être perdus, et d’autres allaient faire des dépressions. Pourtant Molly, elle, essayait de suivre un minimum. Elle prenait des notes tandis que sa voisine s’amusait à concocter des cygnes en papier. Cygnes qui servaient ensuite d’amusement aux élèves, qui les faisaient léviter dans toute la salle commune, car en classe c’était plus que risqué. Mais Molly n’était plus à ça près pour ce qui concernait des cours. Le professeur Slughorn n’avait pas été le seul à remettre les choses au clair. Tous les professeurs les avaient prévens que les BUSES allaient arriver plus vite que prévu. Et qu’il valait mieux pour eux, qu’ils s’y préparent déjà psychologiquement. Pour les faire stresser inutilement plutôt.

Sentant son ventre commencer à gargouiller, ce qui signifiait clairement que le temps était pour elle d’arrêter et de passer dans sa salle commune avant de filer dans la Grande Salle, afin d’y engloutir un bon repas. Le week-end était enfin là. C’était plus qu’une bonne nouvelle. Cela signifiait deux jours de repos. Deux jours de bonheur. S’étirant une dernière fois sur toute la longueur de ses jambes, Molly se releva et reprit ses affaires. Soit, sa cape couleur argentée, ainsi que son sac en bandoulière, léger, où elle logeait sa serviette et beaucoup d’autres bricolas qui lui servaient parfois et d’autres fois non. S’essuyant le front, puis tout le visage avec la serviette, elle la rangea aussitôt dans le fameux sac. Elle passa sa cape sur ses épaules, et portant son sac sur l’épaule, poussa la porte de la salle sur demande afin de sortir dans le couloir. Elle avait gardé néanmoins sa tenue de danseuse. Soit un justaucorps, des collants opaques et des ballerines, et tout cela était coloré d’argenté tout comme sa cape. Ses cheveux roux étaient, eux, tirés en arrière dans un chignon serré, ne laissant s’échapper aucune mèche rebelles. Alors qu’elle refermait la porte derrière elle, et qu’elle jeta un coup d’œil au couloir, elle s’aperçut qu’un des lacets de ses ballerines étaient défaits. Avec souplesse, la jeune rousse, se retrouva en position accroupi et prit soin de refaire ses lacets. C’est alors que son sac, accroché à son épaule, bascula et tomba au sol, s’ouvrant et répandant son contenu. Plusieurs plumes s’échappèrent, les unes plus usées ou noircies que les autres, montrant bien qu’elles n’avaient pas été utilisées depuis longtemps mais qu’elles avaient été trimballés sans grand soin. Une bouteille d’eau roula dans le couloir, s’échappant au bras, plus ou moins long de Molly. Entrainé avec la bouteille, quelques bouts de parchemins et deux noises, les petites piécettes sorcières, s’échappèrent avant de s’arrêter un peu plus loin, laissant la bouteille continuer sa course en solitaire. Quelques graines destinaient à nourrir Carotte, son boursouflet orange, se répandirent autour de l’ouverture de son sac. Molly ouvrit de grands yeux. Toujours accroupis elle passa une main dans ses cheveux, défaisant au passage plusieurs mèches qui étaient coincés dans le chignon. #


    x| Molly :: Mais c’pas vrai ! Quelle poisse !


#Grogna-t-elle en se disant intérieurement qu’elle allait devoir faire la pêche à toutes ses affaires. Et cela ne risquait pas d’être amusant. #

_________________

Molly Weasley Jekins
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Lysander L. Dragonneau



Lysander L. Dragonneau

Nombre de messages : 27
Age : 26
Date d'inscription : 09/09/2008

:: Infos du sorcier ::
Âge & année: 14 ans / 4ème année
Maison/Profession: Serdaigle
Patronus:

MessageSujet: Re: Quand la malchance s'y remet.   Sam 13 Sep - 21:16

Les vacances étaient belle et bien finie, mais cela ne faisait ni chaud ni froid à notre chère Lysander. Depuis la rentrée des classes, elle occupait le plus clair de son temps à espionner les nouveaux Chauve-Furie (on n’est jamais trop prudent), à assister à ses cours, à faire ses devoirs et à rêvasser. Cette dernière occupation l’occupant la majeure partie du temps. Lysander, était comme cela, une rêveuse. A cet instant précis, elle venait de finir son devoir de métamorphose. Cela traitait de métamorphose humaine, un sujet qui intéressait beaucoup la jeune sorcière. Ses devoirs achevés, elle avait quitté la salle d’étude pour marcher au hasard. Elle sautillait gaiement d’un bout à l’autre du château la plupart du temps. EN cet instant précis, elle se dirigeait vers la tour d’astronomie, son repère privilégié.

Un pas en avant, puis l’autre, elle s’y retrouva. Malheureusement pour elle, un couple de tourtereau avait envahi les lieux. Ne souhaitant pas les déranger, elle parti en sens inverse, déçue cependant qu’ils aient troublé son périple quotidien. Etant d’une nature joyeuse, elle ne resta pas déçue longtemps. Elle attrapa une sucette à la fraise, son péché mignon, à l’intérieur de son sac. Tout en se délectant de sentir ce petit goût acidulé dans sa bouche, elle continua à marcher. Elle croisa un grand nombre de personnes, mais pas de celles qu’elle connaissait. A vrai dire, ses connaissances étaient limitées. Pas qu’elle fut asociale, au contraire, elle ne s’encombrait pas de connaissances superflues, c’est tout. Il en allait par contre tout autrement en matière de cours. Elle adorait la magie, aussi, travailler ne lui posait aucun problème, et mieux ! La détendait. Que demander de plus ?

Elle marchait donc, au gré de ses pensées. Bientôt, elle su qu’elle s’approchait de la salle sur demande. Sa mère lui en avait parlé à de nombreuse reprise. Autrefois, elle était secrète. Maintenant, nombreuses étaient les personnes qui la connaissaient. Elle et son frère, les enfants Weasley, les enfants Potter et les enfants de tout les membres de l’ancienne AD. Autant dire un bon nombre de gens qui était ou serait très vite à Poudlard. Les temps avaient changés par rapport à cette époque noire de l’histoire. Pour toujours, espérait Lysander.

Alors, qu’elle marchait, elle vit une jeune fille rousse, se pencher afin de refaire son lacet. D’un coup, son sac déversa tout son contenu à même le sol.


x| Molly :: Mais c’pas vrai ! Quelle poisse !

Après avoir entendu la fille pester copieusement, elle la reconnue à ses cheveux comme une Weasley. Mais pas les Weasley qu’elle connaissait. Non, ceux là, c’était les Weasley Granger. Et aussi les Potter Weasley. La jeune fille lui faisant face devait certainement être leur cousine.

Faisant preuve d’un esprit pratique relativement rare, (sauf si le danger menace), Lysander sortit sa baguette et murmura un :


Lys – « Locomotor Barda. »

Les affaires de la jeune fille retrouvèrent leur place dans le sac de la Weasley. Lysander était plutôt contente d’elle, elle n’avait encore jamais utilisé ce sort. Elle avait vu Flitwick l’utiliser une fois, et s’en était souvenue en cet instant précis. Une chance ! Elle sourit alors à la jeune fille. Ses yeux rêveurs allumés d’une lueur amicale. Beaucoup disaient qu’elle ressemblait à sa mère. Et ils n’avaient pas tord.

Lys – « J’ai vu tes affaires tomber par terre. Je parierais pour un coup des Jonche ruine. C’est tout à fait leur genre. »

Elle tendit la main à la jeune fille, lui proposant de l’aider, elle n’en avait sans doute pas besoin, mais c’était plus agréable de parler à quelqu’un debout non ?
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Molly Weasley Jekins



Molly Weasley Jekins

Nombre de messages : 128
Age : 25
Localisation : Dans la salle commune des gryffondors ou dans les couloirs
Date d'inscription : 14/07/2008

:: Infos du sorcier ::
Âge & année: 14 ans - 4ème année
Maison/Profession: Gryffondor
Patronus:

MessageSujet: Re: Quand la malchance s'y remet.   Ven 19 Sep - 19:21

    Lys – « Locomotor Barda. »

    # La formule prononcée d’une voix haute et intelligible, qui avait été précédé par les quelques mots peu gracieux sortant de la bouche de la rousse, furent suivis d’un court silence. Si Lysander possédait un esprit vif et un esprit assez pratique, il n’en était pas toujours le cas pour Molly. Celle-ci avait un cerveau plus lent, et peu vif en fin de journée, comme ce jour précisement. Elle en était restée à l’épisode du sac qui tombait de son épaules et à ses affaires qui s’éparpillaient devant elle, impuissante de quoi que ce soit. Pourtant elle aurait très bien pu se relever d’un coup et sortir sa baguette magique pour prononcer un simple, mais utile « Accio ». Cependant le temps lui manqua, car Lysander la précéda dans son action, mais surtout elle n’y pensa pas. Car au moment où la serdaigle intervint dans l’épisode des affaires voulant s’enfuir, elle en était encore à essayer de finir de lacer ses chaussons et à se demander comment elle réussirait à récupérer toutes ses affaires dans un temps record avant que son estomac ne crie réellement famine. Ainsi lorsque les quelques mots se firent entendre au niveau de ses oreilles et que l’information se faufila jusqu’à son cerveau, elle ne réussit qu’à ouvrir la bouche. Mais elle vit très vite ses affaires reprendre place dans son sac. Même la bouteille et les miettes de croquettes pour boursouflet, ce qui tenait presque au miracle. Ce n’est qu’après avoir comprit que ses affaires n’étaient pas revenues par elle-même par miracle, qu’elle se retourna. N’allez pas croire que Molly est une idiote et qui plus est qu’elle serait muette. Ca non ! Juste qu’elle venait de se dépenser dans sa danse et que son cerveau tournait au ralenti. Et pour ce qui était de son mutisme il n’allait pas tarder à disparaître. Mais son cerveau avait besoin de trouver des points de repères pour comprendre la situation. Et idiote elle n’était pas non plus ! Cependant elle ne possédait pas le niveau d’érudition des serdaigles et son cerveau n’était pas aussi aiguisé que celui de sa tante Hermione. Pourtant ce que son cerveau enregistra en premier sur le spectacle qu’offrait la jeune blonde, qu’était Lysander, ce fut qu’elle faisait partie des serdaigles. Son uniforme au couleur bleu des serdaigles était clairement visible et personne ne pouvait s’y louper. Les lacets dans la main, Molly se sentit stupide à regarder ainsi la jeune fille sans réellement la regarder. En fait elle essayait de comprendre ce qu’il s’était passé. Pourtant les idées se firent plus claires quelques secondes plus tard. Son sac était tombé, ses affaires s’étaient éparpillées, et alors qu’elle avait le dos tourné et qu’elle pestait contre la malchance qui la poursuivait, la jeune blonde, qui était issue des serdaigles, était arrivé et lui avait prêtée main forte avec altruisme sans se poser de question. Maintenant elle comprenait mieux. Machinalement, ses doigts firent le dernier nœud du lacet, tandis que la blonde reprenait la parole d’une voix calme. Elle n’avait rien d’antipathique, au contraire. Et puis à ne pas s’y tromper, Molly savait exactement qui elle était. Et ça il n’y avait aucun doute la dessus. Lysander Dragonneau. C’était le portait craché de sa mère Luna Lovegood. #

    Lys – « J’ai vu tes affaires tomber par terre. Je parierais pour un coup des Jonche ruine. C’est tout à fait leur genre. »

    x| Molly_ …les Jonche ruine ?…Enfin merci quand même c’est cool de ta part c’que tu as fait en tout cas ! J’te revaudrais ça ! J’dis ça parce que je me voyais pas vraiment ramasser toutes mes affaires à la main…’fin t’as un sacré coup de baguette faut dire. J’aurais pas pensé à ce sortilège, en fait pour tout te dire, j’avais pas pensé à prendre ma baguette. C’est pas force d’avoir l’habitude de voir tout le monde utilisé la magie, même à la maison, que je me comporte parfois comme une moldue. Enfin moi j’ai rien contre les moldues, au contraire mon grand-père m’a raconté des trucs formidables sur eux ! Je suis sure qu’ils sont plus intelligents que nous. Mais bon, les sorciers sont toujours pas capables de les accepter tels qu’ils sont vraiment. …Au fait tu parlais de Jon-truc-marchin…ils auraient fait quoi exactement ?

    # L’étonnement de Molly sur le point du mot Jonche ruine avait aussitôt été remplacé par son interminable flot de mots qui sortaient de sa bouche. Les parents plutôt vieux jeu incitent souvent leurs enfants à tourner sept fois la langue de leur bouche avant de parler, mais apparemment Molly avait été une des enfants à faire exception à cette éducation, ou alors elle l’avait tout bonnement oubliée et supprimée des choses à se rappeler. Alors quand elle se mettait à débiter des phrases elle avait le plus souvent bien du mal à s’arrêter. Et ce n’était pas faute d’essayer, c’était souvent malgré elle. Pourtant elle ne disait pas que des choses absurdes au contraire, mais au bout d’un moment ses amis décrochés et l’a laissé parler. Mais ce qui distinguait vraiment la jeune rousse c’était qu’elle était capable de parler de n’importe quoi avec n’importe qui, le plus souvent de total inconnu, sans prendre vraiment garde à ce qu’elle disait. Par exemple elle parlait avec Lysander. L’une et l’autre c’était reconnue, enfin c’était le cas de la rousse, mais elles ne se connaissaient pas personnellement. Car même si Molly faisait partie de la famille Weasley, elle appartenait à la branche la moins célèbre. Enfin, célèbre tout de même, mais pas pour les mêmes raisons. Elle était certes la nièce de Harry Potter, mais mis à part sa chevelure flamboyante et son nom de famille frappé par la magie à multiples reprises, sa branche à elle de la famille était le plus souvent connu par les enfants d’employés du ministère. Son père était tout de même ministre, ce qui n’était pas rien, même si Molly aurait été aussi fière de son père s’il avait été simple employé. Ainsi elle connaissait Lysander de nom, et si elle se présentait il y avait des chances que celle-ci aussi la connaisse de nom, mais sa famille à elle ne connaissait pas personnellement celle de Lysander. Ce qui n’était pas le cas de ses cousins. Son oncle Harry, comme Ron, et ses tantes Hermione et Ginny, avait connu la mère de Lysander à l’école. Ainsi tous les enfants se connaissaient. Mais Molly était assez détachée de sa famille, sauf lors des grandes vacances. Pourtant elle ne se le fit pas répeter deux fois et prit la main que lui tendait Lysander pour se relever et mettre pied à terre avec stabilité. Elle offrit un large sourire de remerciement à la blondinette. #

    x| Molly_ Encore merci Lysander. Je crois que j’ai vraiment la poisse qui me poursuit. C’est depuis que j’ai mis le pied à Poudlard pour cette nouvelle année. Dès la cérémonie de répartition, quelque chose nous tombes dessus. Une nouvelle maison ! A Poudlard où dans les traditions ancestrales seules quatre maisons existent. Je me demande si Filius est pas tombé sur la tête pendant l’été…non franchement t’as pas été surprise par cette nouvelle ? A la table des gryffondors ont été tous drôlement secoués. T’as vu la tête des nouveaux de la maison euh…comment elle s’appelle déjà celle-là ? Chauffe….non euh…rhhaaa ça m’énerves ça m’échappe ! ‘Fin bref ça a pas trop d’importance, je suis sure que le ministère va mettre son nez la dedans. ‘Fin les ptits de premières années qui y ont été envoyés ont pas l’air si apeurés que ça. Non mais t’images moi à leur place j’aurais la trouille ! Il tombe dans l’inconnu total ! Tout le monde les regarde de travers et eux ils doivent essayer de comprendre un truc qui les échappe…moi à leur place j’aurais demandé à papa et maman de demander au Choixpeau de refaire ma répartition…

_________________

Molly Weasley Jekins


Dernière édition par Molly Weasley Jekins le Dim 16 Nov - 15:18, édité 2 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé




MessageSujet: Re: Quand la malchance s'y remet.   

Revenir en haut Aller en bas
 
Quand la malchance s'y remet.
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Quand haiti pourra-t-elle exporter vers RD?
» Quand l’État est en faillite, la Nation est en péril
» A QUAND UN NOUVEAU DEPART POUR EVITER UN AUTRE 29 FEVRIER ?
» Quand on rêve éveillé. [Pv Jann et Sweety]
» SI ET QUAND L'ETAT NE DEDOMAGE PAS LES COMMERCANTS ?????

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Finite Incantatem { :: # POUDLARD :: # SEPTIEME ETAGE :: && SALLE SUR DEMANDE-
Sauter vers:  
Créer un forum | © phpBB | Forum gratuit d'entraide | Contact | Signaler un abus | Forum gratuit | Forums RPG | Ecoles, Académies, Pensionnat, Poudlard